la grande leçon des allergies alimentaires
Nutrition

La grande leçon des allergies alimentaires

Avec la constante évolution du procédé de fabrication et d’agriculture, les produits, à l’origine inoffensifs, finissent par sensibiliser le système immunitaire, pouvant provoquer à long terme une allergie. 25 à 30 % de la population est allergique à quelque chose et seulement 9% aurait des allergies alimentaires. Vous en faites partie ?

Comment fonctionnent les allergies alimentaires ? Quels sont les symptômes ? Comment traiter une allergie alimentaire ? Je réponds à toutes ces questions dans l’article d’aujourd’hui.

allergies alimentaires

La différence entre hypersensibilité, intolérance et allergie

Pour bien comprendre le fonctionnement ainsi que les réactions du corps, il est important de faire la différence entre ces trois termes.

  • Hypersensibilité : un réponse intense du système immunitaire ;
  • Intolérance : une réaction métabolique qui n’implique pas le système immunitaire ;
  • Allergie : un ensemble de réactions immunitaires anormales.

Pour renforcer l’organisme et éviter ce genre de réactions, il est primordial de prendre en considération l’importance de l’allaitement maternel, un véritable booster dans le développement des défenses immunitaires de l’enfant. L’OMS a d’ailleurs organisé une conférence à ce sujet pour sensibiliser les professionnels et communiquer auprès des populations. (source)

Comment fonctionnent les allergies alimentaires ?

Les allergies alimentaires touchent 6% des enfants et 3% des adultes. La réaction immunitaire survient après l’ingestion d’un aliment particulier. Cet aliment, normalement inoffensif pour l’organisme, devient alors un allergène.

Les allergies alimentaires se déclarent au niveau de la paroi du tube digestif, en deux temps :

  • Premier contact avec l’allergène, sans symptôme. Il entraîne une sensibilisation à l’aliment concerné ainsi qu’une production d’anticorps destinés à l’éradiquer. Ces anticorps vont alors se fixer sur les mastocytes (cellules liées à la défense de l’organisme dans les allergies).
  • Deuxième contact avec l’allergène, les mastocytes sont stimulées et libèrent des substances, comme l’histamine, provoquant des signes inflammatoires (rhinitis, eczéma etc.).

A noter, que la transmission de la mère à l’enfant par le cordon ombilical peut être possible et transmettre l’allergène à son enfant.

Il est aussi possible que les allergies alimentaires surviennent spontanément. En effet même si l’aliment est consommé depuis longtemps, il est possible qu’un jour il soit considéré comme dangereux par l’organisme et provoquer ainsi une réaction inflammatoire.

allergies alimentaires

Les causes de l’augmentation de cas d’allergies alimentaires

L’augmentation de cas d’allergies est telle, que l’OMS les a placé au quatrième rang des maladies chronique dans le monde. Elle est due notamment à plusieurs phénomènes comme :

  • Une diversification alimentaire trop précoce chez les nourrissons ;
  • Une sélection drastique des végétaux par l’agroalimentaire ;
  • Une modification de la composition chimique des céréales, des fruits et des légumes ;
  • Une modification des procédés agroalimentaires et de la fabrication des aliments ;
  • Une forte présence de particules de diesel dans l’air qui fragilisent le système immunitaire ;
  • Une consommation excessive d’antibiotiques qui fragilisent aussi beaucoup le système immunitaire ;
  • Une hygiène trop conséquente dans l’environnement et dans l’alimentation.

Les différents types d’allergies alimentaires

Même si tous les aliments peuvent être susceptibles de provoquer une réaction allergique, la communauté scientifique a regroupé 14 allergies alimentaires majeures et communes des cas allergiques. Celles-ci ont été répertoriées selon la gravité des symptômes.

Fruits à coquenoisettes, noix, amandes, noix de cajou, noix du brésil, nous de macadamia, pistache, noix de pécanne concerne pas la noix de coco, la noix de muscade, les châtaignes, les cacahuètes, les graines de courge, de tournesol et les pignons de pin
Arachidecacahuètesne concerne pas les fruits à coque
Célericéleri branche ou rave, cru, cuit, en jus, séché/
Fruits de merlangoustine, langouste, homard, écrevisse, gambas, crevette, crabe etc.à différencier des mollusques et du poisson, qui sont aussi une source d’allergies, mais n’ayant pas les mêmes protéines allergisantes
Glutenblé, avoine, millet, orge, seigle, kamut, épeautre, petit épeautre, quinoane concerne pas le riz, le millet, le sarrasin, le sorgho, l’amarante, le fonio, le teff, le soja, le maïs
Sésamegraine, huile/
Protéines de lait de vachelait frais, longue conservation, en poudre, maternisé, fromages, crèmes, yaourts, beurre etc.pour mieux comprendre l’histoire cachée du lait de vache
Lupinlégumineuse, farine/
Mollusquespieuvre, palourde, moule, escargot, coque, calamar, mulot, huître etc.à différencier des fruits de mer et du poisson, qui sont aussi une source d’allergies, mais n’ayant pas les mêmes protéines allergisantes
Moutardepâte, grains, huile/
Oeufsblanc d’oeuf, jaune d’oeuf cru, cuit, déshydratépeut être présent dans des produits cosmétiques ou des médicaments
Poissonspoissons eau douce, poissons de merà différencier des fruits de mer et des mollusques, qui sont aussi une source d’allergies, mais n’ayant pas les mêmes protéines allergisantes
Sojagraine, huile, graisse, sauce /
Sulfiteslégumes traités, poissons, fruits secs, vin, crustacés, condiments, médicamentsun conservateur sur les aliments
Les 14 allergies alimentaires majeures

Les symptômes d’une allergie alimentaire

symptômes allergies alimentaires

La réaction immunitaire du corps face à l’allergène peut se faire de différentes façons :

  • Symptômes cutanés : boutons, eczéma, rougeurs, démangeaisons, gonflement de certaines parties du corps ;
  • Symptômes digestifs : maux de ventre, coliques, diarrhées, nausées, vomissements ;
  • Symptômes respiratoires : œdèmes de Quincke, asthme ;
  • Symptômes cardiovasculaires : étourdissement, blanchissement de la peau, perte de conscience ;
  • Symptômes systémiques : association de plusieurs symptômes listés juste avant.

À savoir qu’il est courant de ne pas avoir tous ces symptômes lors d’une réaction allergique. Il est en fait plutôt commun de n’avoir qu’un type de symptômes qui se manifestent.

Quel traitement contre les allergies alimentaires ?

Même si l’allergie alimentaire touche de plus en plus de personnes, la médecine, elle, fait d’énormes avancées pour l’accompagner, voire même pour la soigner.

L’élimination totale

La première façon de traiter une allergie alimentaire est de supprimer totalement l’allergène de son alimentation. Cela permet à la personne allergique de ne plus subir les symptômes, mais aussi pour faire « oublier » l’allergène au corps. Le corps va aller réduire sa production d’anticorps contre cet allergène, voire même stopper complètement sa production.

L’élimination totale pouvant créer des carences nutritionnelles, il est primordial de se faire accompagner par un professionnel lors de sa mise en place.

La réintroduction progressive

Après une élimination totale de l’aliment concerné par les réactions allergiques, la réintroduction progressive de ce dernier est tout à fait possible. Avec un suivi très strict par un professionnel de santé, l’aliment sera réintroduit dans l’alimentation par petites doses et fréquences. Selon les réactions et la capacité du corps à s’y accommoder, il sera alors possible de réintroduire l’aliment avec des doses de plus en plus conséquentes jusqu’à sa réintroduction totale.

traitement allergies alimentaires

Les médicaments pour soulager les allergies alimentaires

Les symptômes de l’allergie alimentaire ne diffèrent pas de ceux provoqués par d’autres allergies. Outre les procédures mentionnées juste avant, il est possible de soulager les symptômes à l’aide de traitements locaux ou systémiques.

  • Antihistaminiques H1 : bloquent l’action de l’histamine libérée par les mastocytes lors de la réaction inflammatoire ;
  • Corticoïdes : application cutanée en cas de crise d’eczéma atopique ;
  • Broncho-dilatateurs : pour le traitement de l’asthme ;
  • Adrénaline : traitement d’urgence en cas de choc anaphylactique.

Intolérance alimentaire vs allergie alimentaire

L‘intolérance alimentaire et l’allergie alimentaire sont deux conditions bien distinctes. Et pourtant, il est fréquent de confondre lorsque les symptômes se manifestent.

Contrairement aux symptômes d’une réaction allergique qui surviennent immédiatement après l’ingestion de l’aliment concerné, lorsqu’il s’agit d’un intolérance alimentaire, les symptômes surviennent progressivement et s’installent dans la durée.

Enfin, certains aliments peuvent être naturellement riches en histamine ou en tyramine (autre substance responsable des réactions inflammatoires). Nous pouvons en trouver dans les poissons, les fromages fermentés, ou même dans le chocolat. S’il y a une insuffisance de certaines enzymes dans votre microbiote, ces aliments pourront provoquer une accumulation de ces substances inflammatoires.

A long terme, cela pourra encrasser votre organisme. Ainsi, des symptômes voisins de ceux de l’allergie alimentaire (souvent cutanés) pourront se manifester. Mais ils ne relèveront pas d’une véritable allergie alimentaire.

Une question ? Envie d’échanger ? 

Laisse moi un commentaire juste en dessous !

1 réflexion au sujet de “La grande leçon des allergies alimentaires”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s